page précédente sommaire page suivante

Chapitre 4 "justin Adams, Le son d'Afrique...Entretien" Page 5/8

 

 

Entretien avec Justin

V.V: Je te pause les questions en Français, tu me réponds en anglais, ok ? mais parle lentement car je ne suis pas sure de tout comprendre… tu peux aussi me parler français, je sais que tu parle très bien français … mais bon, c’est moins spontané pour toi…

J.A: (en français) Peut etre je commencerai en français…et puis dès que je serais euhh stuck… on verra… … I tell you what… you’ve got.. I can hear the clic, the rythme going…

V.V: ho….attends! j’ai pas enlevé le métronome !! voilà c’est fait….(ça commence bien!)
Justin, on se fait beaucoup de soucis pour les «Strange Sensation», je dis «on» car on est vraiment nombreux, je crois… je sais que toi, tu travaille parallèlement avec d’autres musiciens, puis tu es producteur, ce que tu as fait avec les LO’JO, Tinariwen etc… donc de ta part, que tu fasse un album avec Juldeh Camara, c’est dans ton style «africain» «Blues du desert», je ne trouve pas ça inquiétant… Mais en ce qui concerne Robert Plant, bien que je ne connaisse pas trop Allisson Krauss, ce qu’elle fait n’a strictement rien a voir, on pourrait y voir une rupture !...alors est-ce la fin des «Strange Sensation» ?

(traduction)
J.A: Non, ce n’est pas la fin, ne t’inquiète pas ! En fait depuis le début des «Strange Sensation», ça n’a jamais été du plein temps… nous faisons tous d’autres choses et je pense même que c’est l’un des atouts du groupe… quand on fait différentes choses chacun de son côté, on apporte toujours plus d’idées nouvelles quand on se retrouve…tu vois…
Robert Plant choisit les musiciens, il choisit des gens très créatifs… c’est ce qu’il aime : des gens créatifs… et puis en quelque sorte, ce serait dingue de vouloir limiter la créativité de Robert ! C’est quelqu’un qui… que tu ne peux pas catégoriser, ni mettre dans une boite…ou lui dire ce qu’il doit faire ! ce serait dingue… Il a presque soixante ans, il veut tout explorer, il aime tellement de sortes de musiques!
Donc, je crois que c’est bien comme ça, la seule chose qui n’est pas bonne c’est qu’il va te falloir encore attendre un peu pour écouter de nouveaux titres des «Strange Sensation» !!
Mais en fait, j’y pense : on doit se voir dans deux semaines pour travailler…


V.V: Super, vraiment ! Car les «Strange Sensation» c’était …plutot d’un … d’un style affirmé et de grande qualité… c’est même le groupe que moi je préfère de toute la carriere solo de Robert… alors quand j’ai vu qu’il faisait un album avec Allisson Krauss, je me suis dis….. «ouilleaïeaïe» !

J.A: ho non elle est vraiment bien !

V.V:
C’est plutôt… «Country»…

J.A: C’est «Country», mais si tu regardes tout ce qu’a fait Robert… il a toujours eu une histoire avec les racines de la musique américaine…et on a fait un concert ensemble avec Allisson il y a trois ou quatre ans, on a joué des morceaux de Lead Belly et ce genre de truc…tu sera surprise de cet album, il est très bon ! c’est dans le genre… plutot «atmosphérique»... connais-tu Emmylou Harris ? quand elle était produite par Daniel Lanois ?


V.V: Non, de nom seuleument… (oups!)

J.A: Puis ils ont Marc Ribot à la guitare, ce sera très bon, cet album…

V.V: Alors tant mieux !
On va revenir à toi : quand tu étais enfant voulais tu déjà être musicien ou imaginais tu un autre métier ?

J.A: Oui j’ai très tôt voulu devenir musicien…il y avait les Beatles… tu vois, je peux me souvenir de quand je regardais les Beatles en pensant : «wouaou ils sont vraiment super !»… je devais avoir quatre ans… j’ai toujours voulu faire de la musique, de la batterie, de la guitare…bien sur tout ça allait avec l’idée d’avoir les cheveux longs… avec l’idée d’être un «rebel»… tu sais…


page précédente © Véronique Valentino P5/8 page suivante