page précédente sommaire page suivante

Chapitre 4 "justin Adams, Le son d'Afrique...Entretien" Page 6/8

 

Entretien avec Justin, suite...

 

V.V : Justement tu disais que tu etais punk quand tu etais ado…je me souviens que Dicko me disait que chez les Touaregs la guitare symbolisait la Kalash, et donc qu’ils exprimaient leur révolte par cette musique… contre quoi tu te révoltais ?

J.A : En fait, je me considère comme un enfant des années 60… je pense même être de la premiere génération touchée par l’histoire les année 60… Je peux me souvenir quand «Sergent Pepper » est sortit et l’incroyable impact il a eu ! et je peux me souvenir du mouvement des droits civils en Amérique… je peux me souvenir de Martin Luther King et ce que cela signifiait…ainsi que le Vietnam…mais j’avais des frères et sœurs aînés donc je pense qu’en fait, tout ça était palpable et présent dans l’atmosphère de la maison…
Donc c’est cela mon idée du Rock & Roll, une culture d’ opposition…
Je vois à présent comment certains s’impliquent dans la musique, pour eux c’est comme une «culture de divertissement»…
ça n’a jamais été ça pour moi..


V.V : Toi tu es reste dans cet esprit…rebel?

J.A : Oui, je pense… C’est pourquoi le groupe Tinariwen fait sonner tant de cloches : parce que tout ça est sérieux, il y a vraiment un poids émotionnel dans cette musique…

V.V : Tu réponds déjà aux questions que je voulais te poser plus tard ! bon là c’est plus la peine et du coup respecter une sorte de chronologie….puis je ne m’y retrouve plus dans ma fiche… (heureusement ça le fait rire !) voilà : une question qui me tien à cœur : ça me fascine de regarder les musiciens jouer quand ils semblent complètement habité par la musique… en vrai, qu’est ce que ça fait ? Qu’est qu’on ressent quand on est «dedans» ? Est ce que tes mains pensent à ta place ?

J.A : Je comprends ta question comme : arrêtes-tu de penser quand tu joue et tes mains deviennent alors une partie de l’instrument ?

V.V : Voilà oui…

J.A : Et bien… c’est le but ! c’est exactement le but !

V.V : Et toi tu y es ?


J.A : Des fois oui… Je veux dire…je ne pense pas être un bon technicien… ma qualité serait plutôt...ce qui m’interesse c’est plus l’expression artistique…je ne m’interesse pas à la musique pour le bien de la musique…et encore moins comme une sorte de sport pour montrer combien on joue vite et tout ces trucs là…Mais j’aime penser que je peux musicalement m’exprimer, même juste en tapant dans mes mains pour suivre le rythme… je peux toujours en faire quelque chose, peut importe l’instrument… parce que les rythmes simples et les mélodies sont ce qui en fait, m’intéressent vraiment…alors c’est super quand, avec l’âge et que tu as joué de la guitare depuis vraiment pas mal de temp, tu trouve tes mains bien plus dignes de confiance que ton cerveau… c’est un sentiment bien agréable ! Quand ton cerveau est rempli de doutes du genre : «est-ce que je peux faire ça ? est-ce que je m’en souviens ?» et tu pense : «non, non j’ai oublié ! je n’ai aucune idée de ce que je dois faire juste après…» et tu retrouve tes mains en train de le faire!
C’est un sentiment très agréable, tu le fais avec tes sensations et non avec ta pensée...
J’ai lu un article à ce propos. C’est la différence entre «penser» et «ressentir». Quand tu ressent quelque chose cela vient d’un endroit plus profond... non, je veux dire : un endroit différent… Penser est aussi intéressant, mais la musique que je préfère vient du «ressenti» plutôt que du «pensé»…

V.V : C’est un beau lapsus «deeper place», pense tu que cela puisse s’apparenté à une sorte de psychothérapie pour exprimer des choses cachée, inconscientes, des tourments….

J.A : J’ai un peu de difficulté à te comprendre… tu veux dire : exprime tu par la musique des chose que tu ne peux exprimer par aucun autre moyen ?

V.V: Oui c’est ça….

J.A : Bien sur, oui… et c’est aussi ça la Poésie : un langage qui n’utilise pas la logique, et c’est aussi à ça que sert la musique…pour exprimer ce que tu ne peux exprimer autrement…Mais cela n’a pas besoin d’être un «tourment»… pour moi si j’avais à décrire les chose que je ressent en mots, la musique se dessine tout de suite par dessus… il y a un coté douloureux, mais tout ça est mélangé avec des sensations de célébration aussi…En fait, j’aime la musique qui fait danser et qui pourtant te fait ressentir la douleur, comme le Blues … et en même temps quand tu danse, le rythme t’emmène dans une sorte de transe comme un sentiment profond qui te tord l’estomac…. sans pour autant être
«trop» profond…
C’est une approche tellement réaliste de la vie, parce que tu ne peux pas te dire en même temps «waooo» la vie est génial et «non» la vie est trop douloureuse…


V.V : Puisse qu’on parle de Blues.. toi avec ton style blues particulier et la voix de Blues qu’a Robert Plant, pourquoi ne faite vous pas un disque de blues !! moi j’en rêve !!

J.A : Bon tu sais … un jour peut être…

V.V : « maybe one day » ça veut dire « non » ça….

J.A : Inchallah if God wills it…

V.V : Vous en avez enregistré des choses comme ça, juste tous les deux ?

Photo: Rui Fernandes

page précédente © Véronique Valentino P6/8 page suivante