Petites chroniques de concerts, textes et photos...
P1/7

 

John Paul Jones, clef de voûte, imperturbable, rattrape les petits dérapages de Jimmy, et reprend là son rôle de structure… le fils Bonham tape aussi fort que son papa, j’ai même bien l’impression que c’est un très bon batteur, mais le son est presque saturé là ou je suis, et les nuances m’échappent…

Un écran gigantesque diffuse des images psychadéliques et ce qui se passe sur scène, l’effet est grandiose!


«Guitare Jimmy Page!» «John Paul Jones piano!» «Jason Bonham Drums!»… Plant est sobre en paroles ce soir, plutôt tendu… juste quelques anecdotes comme par exemple à propos de Jason et de son père…
Aux premières notes de «Stairway to heaven» personne n’en croit ses oreilles: il avait pourtant dit qu’il ne chanterait jamais plus cette chanson! «Hey Hamet, we did it!»…
VIDEO

Cette soirée semble trop exceptionnelle, j’ai du mal à croire qu’une tournée puisse suivre, puis ça me dérangerais un peu qu’ils fassent du «revival» comme beaucoup de «vieux» groupes actuellement, plus ou moins bien reconstitués… Led Zep, c’est forcément autre chose!
Robert:«On m’a dit qu’il y avait des gens de cinquante pays ce soir… je ne peux pas imaginer que des gens de cinquante pays différents viennent voir «ça»!...voici le cinquante et unième…»:
rugissent les premiers accords de «Kashmir»
qui se déploie sur la foule extatique!
…et c’est fini…
Sans «Whole lotta love?» impossible, d’ailleurs ils reviennent vite sur scène pour le titre incontournable… puis repartent… hurlements… reviennent pour «Rock and Roll» que tout le monde reprend en cœur… salut à la foule, embrassades, Jason Bonham se prosterne devant les 3 complices de son père… et cette fois c’est la fin…

Je titube, ivre de deux heures de Led Zeppelin et à moitié sourde, vers la sortie; ça fait plus de 5 heures que je suis debout plantée là! Et tout le monde semble dans le même état comateux que moi: épuisé, heureux! Je n’en dors pas de la nuit…
Ce concert était-il à la hauteur? Les fausses notes de Jimmy, je les attendais… la voix de Robert mise à mal ce soir, je le savais… mais c’était fantastique!

Gare de St Pancras au petit matin, retour en train, il fait froid… ça c’est vraiment passé hier soir?
Les journaux en parlent, je collecte les articles, je trouve cette info passionnante dans le TIMES: «Ces rockeurs qui autrefois avaient si grand appétit de groupies, drogues, accols et destructions d’hotels, ont à présent des désirs plus faciles à satisfaire: du café, du thé, quelques bières et une bouteille de vin. Durant la répétition, Robert Plant a demandé une planche à repasser, pour qu’il puisse s’occuper lui-même de ses vêtements avant le concert, car cela l’aide à être «in the mood» a t’il confié.»
Ha! Robert...
Le TIMES conclu en parlant d’une éventuelle tournée: «Ce serait un acte de perversité cosmique de s’arrêter là!». On vera…


© Véronique Valentino P1/7