page précédente sommaire page suivante

Chapitre 3 "Dreamland : Retour aux sources..." Page 2/3


Parmi ses interprétations bouleversantes, il y a sa nouvelle version de "Hey Joe".
"Hey joe" : composé par William Roberts en 1962, interprété par d’innombrables artistes dont bien sûr Jimi Hendrix, mais aussi Robert Plant avec son groupe "The Band of Joy", tous deux la même année 1967.

"Hey Joe,The band of Joy"
(et la voix de sauvage de Robert à 19 ans !!)

Ce qu’il en fait dans "Dreamland", sourd d’une angoisse glaçante dès les premières notes, qui ronge les nerfs et pointe la tragédie qui se vit… les guitares sont saturées et sales… aucun besoin de comprendre les paroles, la musique a rarement aussi bien réalisé un texte.

"Hey Joe" Dreamland.

La version d’Hendrix est dans toutes les mémoires, maintenant j’en suis libérée… pour mieux replonger et approfondir l’écoute de sa musique, autrement, à travers un autre aspect, en contournant son "Hey joe", en recherchant sa fragilité, sa douceur et sa voix...
Écouter avec tant d'attention la voix de Robert Plant m'a rendue encore plus réceptive à la voix d'autres artistes, notamment celle de Jimi Hendrix...

La mélodie de "Song to the Siren" est si belle, sa voix si
naturelle, sensuelle... quelle douceur de s'y laisser flotter....


"Song to the Siren" ("Story Teller" ma version préférée)



Long afloat on shipless oceans
I did all my best to smile
'Til your singing eyes and fingers
Drew me loving to your isle
Sail to me, sail to me, let me enfold you
Here I am, here I am, waiting to hold you

Did I dream you dreamed about me?
Were you Hare when I was fox?
Now my foolish boat is leaning
Broken lovelorn on your rocks
Touch me not, touch me not,
Oh, come back tomorrow
Oh my heart, oh my heart
Shies from the sorrow

I am puzzled as a newborn baby
I am troubled as the tide
Should I stand amidst the breakers?
Or should I lie with Death my bride?
Swim to me, swim to me
Oh, come let me enfold you
Here I am, here I am, waiting to hold you...

(Tim Buckley/Larry Beckett)   

Longtemps errant sur de vides océans
J’ai fait de mon mieux pour sourire
Jusqu’à ce que tes yeux et tes doigts enchanteurs  
M’attirèrent amoureux à ton île
Approche toi, approche toi, laisse moi t’envelopper
Me voici, me voici, prêt à t’étreindre

Ai-je rêvé ton rêve de moi?
Étais-tu Lièvre et moi Renard?
Maintenant mon bateau ivre s’incline
Fracassé, languit d’amour sur tes rochers
Ne me touche pas, ne me touche pas
Oh reviens demain
Oh mon coeur, oh mon coeur
Se cabre au chagrin
 
Je suis intrigué comme un nouveau-né
Je suis troublé comme la marée
Devrais-je rester au milieu des vagues?
Ou devrais-je m’étendre avec la Mort, ma promise?
Nage à moi, nage à moi
Oh viens que je t’enveloppe
Me voici, me voici, prête à t’étreindre...

Traduction: Marine Pénicaud

photo/peinture R.P




















page précédente © Véronique Valentino P2/3 page suivante